FDT23 Fédération Départementale de Théâtre de la Creuse

LA PRESSE

Un petit mot en forme de salut pour Maurice Piotte, passionné de théâtre et ami fidèle de la FDT, décédé le dimanche 11 mars 2012.

Merci à lui pour les innombrables articles de presse qu’il savait si bien faire passer dans les colonnes de l’ECHO du Centre.

Cliquez sur les coupures de presse ci dessous pour les agrandir...

JPEG - 631 ko
JPEG - 227.6 ko
JPEG - 323.6 ko
JPEG - 274 ko
JPEG - 242.1 ko

vendredi 4 décembre 2009 - 18:00

Théâtre amateur : la fédération départementale au bord du gouffre

En 2009, la Fédération Départementale de Théâtre a tenu son assemblée générale annuelle, frappant les trois coups sur son avenir.

Une assemblée générale qui a amené sur le devant de la scène, des frustrations et autant de questions qui pèsent depuis des années sur la Fédération Départementale de Théâtre (FDT). L’activité est là, les treize troupes amateurs qu’elle compte, ont cette année encore, usé les planches, et pourtant, comme dirait l’autre, « il y a quelque chose de pourri dans le royaume de Danemark ».

Pour Philippe Andrieu, président de la FDT depuis 6 ans, un constat teinté de déception s’impose, et la sentence est sévère : « La Fédération est malade, je dirais même qu’elle est moribonde ». Bien sûr, « l’ensemble des troupes a fait preuve d’une activité riche puisque pratiquement toutes ont organisé, donné ou préparent des spectacles. Néanmoins, poursuit-il, ce que je regrette, c’est que tous ces spectacles n’aient pas été fédérés ! Ils ont tous été faits dans leur coin, joués par les troupes, dans leurs cours, avec leur public ».

Une absence de lien et de partage qui enlève à la Fédération sa force : l’union. « Le théâtre c’est aussi l’art d’être spectateur, souligne le président, c’est aussi l’art de voir d’autres choses », son essence première. Ainsi, il semblerait évident de profiter de la force de cette passion commune pour se remettre en question, s’imprégner du travail des autres troupes ou partager avec elles ce moment qui pourrait s’effiler parfois, en fructueuse collaboration. Et pourtant, « lorsque l’on va voir les spectacles des troupes de la Fédération, on ne voit jamais les membres des autres troupes ! Soit on ne tombe pas sur les bonnes séances, soit ils n’y viennent pas ! », conclut Philippe Andrieu.

Un manque d’intérêt ? Un défaut de temps ? Une démarche qui paraît superflue ? On ne peut guère répondre, un peu des trois sûrement. Toujours est-il que cette absence d’implication à une vie de fédération semble être la gangrène première qui ronge le théâtre amateur en Creuse. « Les gens ne savent pas qu’il y a une fédération départementale de théâtre » alors que celle-ci officie depuis près de 20 ans, notamment dans la précieuse redistribution des subventions allouées par le Conseil Général (6.400 ?), la DDJS23 (300 ?) et par la Ville de Guéret (600 ?). Les assemblées générales sont désertées, la communication n’existe plus, et l’individualisme semble avoir gagné chacun.

Un navire devenu « coquille vide » qui pousse Philippe Andrieu, en fin de mandat ne pas se représenter à la présidence. À l’invitation du président de constituer une nouvelle équipe et conseil d’administration, Stéphane Charles, de la troupe Barouf et Loupiotes, semble prêt à reprendre le flambeau, avec le même cheval de bataille, « le travail de groupe » et une volonté, « dynamiser les choses ». « Être ou ne pas être, là est (désormais) la question » posée à toutes les troupes fédérées, via notamment un questionnaire envoyé par la Fédération, sans nul retour.

Réponse immédiate du Conseiller général Guy Avizou : « Cette Fédération est extrêmement utile, il serait très difficile d’avoir une politique cohérente vis-à-vis de troupes qui vivent chacune éparpillées. Je le dis très clairement, ce serait une régression si elle venait à disparaître ». Il faudrait donc, pour sauver la FDT, qu’une dynamique culturelle reprenne son souffle, et surtout qu’il y ait une volonté commune, de la part de tous ses membres et troupes de la faire vivre, de s’investir dans un projet commun, sans quoi chacune serait bientôt livrée à elle-même.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0